8. De l’importance d’étudier le Tanya

Les ‘hassidim disent que Rabbi Chnéor Zalman, en commençant son ouvrage par le mot « Tanya » voulait insinuer que si l’on inverse les lettres de ce mot, on obtient le mot étane qui signifie en hébreu « force ». Le Tanya donne à l’âme juive la force d’assumer sa mission divine.

Rabbi Yéhouda Leib Hacohen déclara : « Le Tanya est un encens contre les calamités spirituelles des temps pré-messianiques. »

Rabbi Zoussia, quant à lui, s’exprima en ces termes : « Avec le Tanya, nous irons à la rencontre de notre Saint Messie. »

Les deux écrivirent leurs préfaces pendant la semaine où on lisait la section Ki Tavo « Lorsque vous entrerez en Terre Sainte » pour deux raisons :

1. Parce que, grâce à une étude approfondie du Tanya, on peut parvenir à entrer en « Terre Sainte spirituelle » qui est la volonté essentielle de l’âme.

2. En mettant en pratique les enseignements du Tanya, « on parvient à transformer la malédiction en bénédiction. »

Le Rabbi Rachab (5ème Rabbi de Loubavitch) dit : « quiconque apprend le Tanya chaque jour bénéficiera de bénédictions matérielles et spirituelles. »

‘Hitate

‘Hitate est composé des initiales de ‘Houmach, Tehilim, Tanya. Il s’agit des 3 études quotidiennes instituées par le Rabbi Rayats, acrostiche de Rabbi Yossef Yts’hak Schneerson (6ème Rabbi de Loubavitch). Le Tanya est étudié selon un cycle annuel avec une répartition spécifique lorsque celle-ci a un second mois d’Adar. L’étude du Tanya est conclue tous les ans, le Youd Teth Kislev, Roch Hachana de la ‘Hassidout. Par ailleurs, le Rabbi rétablit, en 5749 (1989), une ancienne coutume consistant à étudier chaque jour un chapitre du Tanya avant la prière du matin. Le Rabbi Rayats souligna que l’on trouve une allusion à l’étude de ‘Hitate dans le verset « et la crainte (‘Hitate) de D.ieu s’abattit entre les montagnes ». Ainsi, cette étude est de nature à protéger un Juif des événements malencontreux et à dévoiler la bénédiction dans tout ce qui le concerne.